Site non officiel de militants UDI de Boulogne-billancourt

Nanterre : « L’Alternative sacrifiée sur l’autel des intérêts personnels et des alliances »

C’est en échangeant sur la situation de l’UDI dans le 92  sur Twitter (@BoulogneRadical) que nous avons discuté avec Cédric Joubert (Conseiller National UDI) et que nous avons souhaité lui laisser cette tribune pour réagir à la situation de l’UDI dans cette ville de gauche où l’UDI a certainement une voix différente à faire entendre…

 

Capture d’écran 2014-01-11 à 20.01.05

Nanterre, le 08 janvier 2014,

C’est avec beaucoup de déception que j’ai pris aujourd’hui connaissance de la décision du responsable de la section UDI de Nanterre, Monsieur Frédéric Lefret, jouissant de l’investiture du parti pour les municipales 2014 dans cette ville, d’offrir sur un plateau la tête de l’UDI à l’UMP – représentée par Camille Bedin, membre du courant de la « Droite Forte », mouvement co-fondé par Guillaume Peltier, ex membre du Front National, alors que Monsieur Lefret critique dans ledit message « les extrêmes de l’échiquier politique ».

Cherchez la cohérence…

Monsieur Lefret nous explique que faute d’avoir pu s’allier avec le Modem, il décide donc de s’allier avec l’UMP Droite Forte, qui axe sa campagne municipale 2014 à Nanterre sur le thème de la sécurité, pourtant sous la responsabilité du département des Hauts de Seine, incontestablement dirigé par l’UMP comme chacun le sait.

Cherchez là encore la cohérence…

Il ne s’agit ni plus ni moins que d’une stratégie personnelle visant à se garantir le renouvellement de son poste de Conseiller Municipal qu’il avait obtenu sur la liste de Rachid KACI, le dernier professionnel UMP de la politique politicienne étant venu chercher un peu d’expérience à Nanterre.

En fin de compte, cette décision n’a rien d’étonnant, quand on voit que les deux autres conseillers municipaux sortant se réclamant de l’UDI à Nanterre avaient également choisi de se rallier à l’UMP Droite Forte, via la création d’un factice mouvement (Le Centre à Nanterre) visant à brouiller la lisibilité de l’offre centristeà Nanterre.

Je dénonce donc ces manœuvres politiciennes qui n’ont d’autres buts que de servir les intérêts personnels de quelques individus n’ayant pour autre motivation que de briguer un poste qu’ils ne veulent pas ne pas voir renouveler, et d’autre effet que de discréditer un jeune parti souhaitant proposer une véritable alternative à ces professionnels de la politique.

Monsieur Lefret, pour servir son dessein personnel, prend donc la responsabilité de faire imploser l’UDI Nanterre, qu’il n’avait en tout état de cause pas réussi à faire exister.

Mais il me semble impensable que cette stratégie n’ait pas l’aval du département.
Dans les Hauts de Seine, la grogne monte un peu partout chez les adhérents UDI.
Le parti semble se comporter comme les autres : un parti qui n’écoute pas sa base et qui se focalise sur les alliances de circonstances, fussent-elles dommageables à long terme car incohérentes avec son essence : Faire de la politique autrement.

 

Cédric JOUBERT

Conseiller National UDI